J’avais oublié les effets du premier rendez-vous. La fébrilité à s’emparer du téléphone et à attendre le son de la voix qui va répondre . Très important le timbre de la voix , déclencheur immédiat de la première intuition concernant le déroulement de la prochaine étape . En fait peu importe la voix, telle qu’elle soit on se met immédiatement à fantasmer, elle ou il à l’air sympa, c’est rassurant … le rendez-vous est proche, preuve qu’elle ou il me porte de l’intérêt … plus loin que je l’imaginais ? preuve, qu’elle ou il est vraiment surbooké, sans doute un crack …je suis bien tombée !… Quarante minutes de route , le temps de ruminer …quand je serai installée, j’éviterai ce tracas à tous ceux qui doivent faire des kilomètres pour atteindre l’une des deux villes moyennes les plus proches… On arrive souvent en avance la première fois , de peur d’arriver en retard, de trouver porte close , oui de faire mauvaise impression dès le départ . Le temps de trouver une place pour se garer, de trouver l’adresse …bref une demi heure à occuper… ne reste plus qu’à tourner dans le quartier histoire de calmer la tension qui monte . Pourquoi autant de stress, va pourtant pas me manger ? Tout a de l’importance , le look ou standing du bâtiment d’accueil , la porte qui sépare de l’antre et la façon dont elle va s’ouvrir et vous inviter à la découvrir , et là très vite déco, ambiance , odeurs, luminosité, le cœur qui s’emballe , trop tard pour reculer ...Déçue ou soulagée , l’alchimie en ébullition ou impression mitigée , tout risque de se jouer , là en quelques minutes dans l’échange d’un regard , d’un sourire, d’un mot , d’une impression , d’un apaisement , d’une tension …Etape suivante , j’y retourne où pas ?

…Et pendant que j’y suis , si je le prenais ce rendez vous avec mon nouveau psy ?…flutte, perdu son numéro …