Passer sans transition du coq à l’âne dans la vie courante est un exercice facile, alors que s’adonner à la même activité entre les quatre murs du cabinet de son psy , devient stratégique . La différence est dans la qualité d’écoute. Dans le premier cas on se sait à peine entendu , dans le second on se sait écouté , et ça suffit à enclencher une guerre dont on devient à la fois instigateur et protagoniste. Il s’agit alors de faire tomber les résistances , les barrières de protection …du territoire protégé de l’inconscient, qui s’érigent au premier signe d’intrusion . J’ai beaucoup de mal à m’accorder une trêve ,à penser abandon … Je suis cramponnée à mes protections , comme un nourrisson au mamelon , question de survie au delà de toute raison , la force de l’imagination ,capable d’ébranler les fondations en faussant ses propres perceptions . Libre association… l’impertinence du retranché à s’exprimer sans autre forme de permission, le coté pile qui vous saute à la face, pour une confrontation ou les deux doivent sortir gagnants , afin de ne former qu’un dans la victoire de l’acquis sur le demeurant, l’ultime signe de rébellion de l’avancé à reculons …