A la recherche des racines perdues

On connaissait la femme tronc , la femme enfant ou tête de linotte … Imaginez un arbre ..sans racines . Première saison , il fleurit ; deuxième il bourgeonne et s’épuise ; troisième il se dessèche et c’est fini . Je suis à l’automne de ma vie et je refuse de finir comme lui .

Stop …écoute les sens des mots et des émotions que te dictent ton corps , et laisse toi conduire à bon port …

...Ma mère me manque, autant qu’elle manque à son mari, ses amis , ses petits enfants . En partant ,elle nous a laissé pantelant , lesté d’un grand vide, un blanc . Les saisons se succèdent , un an ,deux ans ; entre retours en arrière et bonds en avant . Au fil du temps, illusions, déceptions tempêtes et gros vent… Ne reste plus que l’important … la douleur en dedans …

...J’ai présent en mémoire la séance d’hier ... séance champêtre , autour de l’arbre …ribambelle de mots indisciplinés , expression d’ailleurs, message codé venus de l’intérieur .

Une branche qui casse dans les pleurs , chute vertige et haut le cœur …petit oiseau seul à transcender la peur …

'je me suis plantée...' et si elle tenait en une phrase , mon histoire ? un mauvais départ , une erreur … un leurre ...

..J’ai le sentiment de vivre une vie petite et étriquée , avec pour seule préoccupation, MOI et cette recherche incessante d’un mieux être. Me manque trop…trop incomplète.

Et depuis quelque temps en plus, comme un turbo dans la tête . Insomnie , vertiges migraines , fatigue …avis de tempête . Je connais par cœur le faire face aux intempéries et le paraitre, je connais par cœur l’oubli jusqu’au disparaitre . Mais relever la tête , me faire entendre et reconnaitre , voilà qui est nouveau , un peu hésitant et qui a du mal à s’imposer …à naitre .